détail d'une actualité Épisode aux particules PM10

Le jeudi 26 novembre 2020

Un épisode de pollution est en cours depuis le jeudi 26 novembre. Un nouveau dépassement du seuil d’information et de recommandation aux particules PM10 est prévu pour la journée du vendredi 27 novembre 2020. Dans les prochains jours, les niveaux de particules PM10 et PM2.5 devraient rester soutenus, sur la région compte tenu des conditions météorologiques anticycloniques actuelles, stables et peu dispersives, associées à  une baisse des températures.

Il s’agit d’un épisode de pollution de type hivernal, provenant principalement d’émissions locales, avec une part importante liée au chauffage au bois individuel pour l’agrément ou l’appoint, et au trafic, bien que réduit.

Les particules proviennent de différentes sources. En présence de conditions météorologiques particulières, les baisses de trafic associées aux mesures de confinement (actuelles et au printemps), rendent de ce fait plus visibles les autres contributions à cette pollution en Île-de-France, comme l’utilisation du bois de chauffage. En revanche, dans le cas des polluants principalement émis par le trafic routier, comme les oxydes d’azote, la baisse des niveaux associée à la baisse du trafic est conséquente.

Carte de prévision pour le 27/11/20

Echelle

Indice de la qualité de l'air prévu pour le 27/11/2020

L’analyse de la composition chimique des particules actuellement présentes dans l’air met en évidence la contribution majoritaire (>50 %) du chauffage au bois, notamment en soirée. En cette période de reconfinement couplée à une baisse des températures, le recours au chauffage est en effet plus important. S’agissant du trafic, il est toujours présent, bien que plus réduit (avec une baisse des émissions constatée de l’ordre de -20% ce qui est d’ailleurs bien moins important que lors du premier confinement).

Cette baisse des émissions liées au trafic routier, sur la qualité de l’air, ne suffit donc pas à contrebalancer les émissions importantes liées à l’utilisation des cheminées individuelles pour l’agrément ou l’appoint. Mais elle limite toutefois l’intensité de cet épisode.

Pour rappel, le chauffage au bois est responsable de 86% des émissions de PM10 liées au secteur résidentiel, alors qu’il ne couvre que 5% des besoins en énergie de ce secteur en Île-de-France. De plus  répond avant tout à un usage d’appoint ou d’agrément. Globalement sur la région, le secteur résidentiel était responsable de 34% des émissions totales de PM10 en 2017, devant le trafic routier, à 19%.

La DRIEE Île-de-France (Direction Régionale et Interdépartementale de l’Environnement et de l’Énergie) propose sur son site internet un rappel des impacts du chauffage au bois sur la qualité de l’air, de la réglementation en vigueur et des aides disponibles pour le changement des équipements de chauffage au bois les moins performants.

La préfecture de police de Paris a annoncé la mise en place de mesures d’urgence visant à faire baisser les émissions polluantes locales :

  • Intediction du  chauffage au bois, d’appoint ou d’agrément.
  • Pour le trafic routier, limitation de vitesse et  obligation de contournement de l’Île-de-France par la rocade francilienne pour les poids-lourds en transit ;

Pour rappel, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) considère qu’il n’existe pas de seuil au-dessous duquel les particules n’ont pas d’impact sanitaire. Par conséquent tout microgramme de concentration en moins représente un gain sanitaire pour les Franciliens.

Pour en savoir plus :



Accès aux anciennes actualités d’Airparif